Tutoriel : Réalisation d'une table modulaire.

Salut à tous ! ;o)

 

Pour un (très gros) projet de table de jeu, je débute la réalisation d'une table modulaire. Je vous propose d'en suivre ici la réalisation pas à pas.

 

Il s'agit d'un projet de Méga Baston Deuxième Guerre Mondiale avec la règle BLITZKRIEG qui aura pour thème l'Opération Market Garden, en Hollande, Septembre 1944. Pour faire vite, le XXXème Corps Blindé Britannique doit traverser la frontière Belge et rejoindre la ville de Arnhem, en Hollande. Pour lui assurer la maitrise des ponts sur la route qu'il devra emprunter, 3 Divisions de Paras seront largués à Eindhoven, Nimègue, et Arnhem. Vous pouvez suivre le projet dans le topic qui lui est dédié sur le forum de Blitzkrieg.

 

Pour refaire cette immense bataille avec des figurines de 20mm, nous avons conçu pas moins de 7 tables de jeu de chacune 2m10 par 3m !

 

Je commencerai ce tuto par la réalisation de la Table 2 : Eindhoven.

 

Tout d'abord, avec des plans de l'opération et des cartes de la région, il a fallu dessiner les plans de la table de jeu.

 

0001

 

Ensuite, j'ai schématisé les routes, chemins, rivières et canaux, pour les intégrer sur des plaques de 30cm x 30cm. Petites, et entièrement modulables, ces plaques pourront être facilement transportées et surtout réutilisables pour n'importe quelle partie.

 

0002

 

A partir de ce plan (plutôt moche et rectiligne pour le moment), on peut calculer le nombre de modules de chaque type dont on va avoir besoin.

 

Je commence donc la réalisation !

 

J'ai choisi de l'Isorex 30mm, ça coute entre 3 et 4 €uro chez Casto ou Leroy Merlin, c'est lèger, costaud, et ça se travaille très bien. Pour que les plaques soient entièrement modulables, il fallait que la coupe soit nette et précise, et surtout complètement perpendiculaire au plan du module. J'ai donc confié une plaque au menuisier du village, qui me l'a coupée très proprement et pour pas cher !

 

001

 

Les plaques aux coupes bien droites pourront ainsi se toucher sans aucun problème, pour conférer au décor une bonne jonction.

 

Maintenant il convient de poncer les surfaces qui seront texturées. En effet l'Isorex est très lisse et peu absorbant. J'ai donc pris un papier de verre 'gros grain' pour poncer légèrement la surface et les arrêtes des angles supérieurs.

 

002

 

Attention de bien poncer doucement, et toujours dans le même sens, au risque sinon d'arracher des parties d'Isorex. Une fois la surface bien poncée, elle devient poreuse, la colle PVA pénètrera beaucoup mieux.

 

003

 

La colle PVA est étalée au pinceau, avec un peu d'eau et du liquide vaisselle (agent mouillant) entre les traits que j'ai préalablement tracés au feutre pour délimiter les routes. Pour une bonne jonction des routes, mesurez le centre de la plaque (ici 15cm) puis tracez de part et d'autre les points correspondant à la taille de la route. Ici un chemin de 6cm de large, qui sortira toujours de la plaque par son milieu, donc du Cm 12 au Cm 18.

 

Pour texturer les routes et les chemins, j'ai choisi du sable de chantier, on peut le trouver en sacs dans les magasins de bricolage, ou en prendre un peu dans le bac à sable des gamins du voisin ! ;o) Dans tous les cas, c'est pas cher, et facile à trouver...

 

004

Pour éviter une trop grande linéarité, on peut, sur la distance de la plaque, serpenter légèrement. Les deux "bouts" du chemin étant eux toujours centrés sur les bords de la plaque.

 

005

 

Pour texturer l'herbe sur les surfaces des plaques, j'ai pris de la sciure et des copeaux de bois que j'ai tamisés. C'est gratuit, les menuisiers les donnent pour les animaux en général. J'en ai fait un bon gloubi-boulga avec une mesure d'eau pour deux mesures de colle à bois et un peu de liquide vaisselle. Le liquide vaisselle est un agent mouillant, qui comme son nom l'indique va aider l'eau chargée de colle à imbiber les copeaux et la surface poncée, donc poreuse, des plaques de polystyrène.

 

006

 

J'étale ensuite cette appétissante mélasse sur mes plaques de polystyrène, de part et d'autre des routes, chemins, etc...

 

007


Et là, il n'y a plus qu'à peindre... après une bonne nuit de séchage, voire 24h ! Les copeaux de bois sont gorgés d'humidité, et l'Isorex est un isolant, il absorbe donc très peu l'eau...

 

Une couche de noir pur sur les routes goudronnées, une couche de vert sombre sur les prairies. Après séchage, je procède par brossages à sec successifs en éclaircissant le noir avec du blanc, et le vert avec ... du jaune ! ;o)

 

DSCF1761.JPG


Voici déjà trois plaques de réalisées ; la route principale, et une route secondaire qui s'en détache. Bon, eh bien il ne reste plus que 67 modules à faire pour la première table... et 6 autres tables de 70 modules !

 

Je continue avec une plaque de canal et un pont qui la traverse...

 

Le pont est une référence de chez Faller (accessoires et décors pour trains minitatures HO 1:87ème).

 

pont01

 

L'avantage c'est qu'il a les bonnes dimensions pour s'intégrer à la plaque, 18cm de long (le canal fait 10 de large) et 7cm de large (la route secondaire est de 6cm). Le tablier est poncé puis reçoit une plaque de Carton Plume, pour réhausser le niveau de la chaussée au niveau des passages latéraux en bois.

 

pont02

 

Le pont est ensuite simplement assemblé et il va falloir lui fabriquer de toutes pièces un encaissement (base + piliers) pour qu'il s'intègre à la plaque, traversant le canal. J'ai aussi voulu qu'il soit amovible (moins fragile pour le transport).

 

pont04

 

Après avoir tracé toutes les droites sur la plaque (emplacements de la route, du canal, et du pont), j'ai posé les bases avec du carton plume et de l'Isorex. Le tout est joyeusement recouvert de plâtre à modeler pour simuler les bords du canal, et l'élévation de la chaussée vers le pont.

 

pont05

 

Le tablier du pont a été recouvert de colle PVA + sable pour simuler le goudron de la route, et il prend place sur le module. On peindra tout ça après séchage du plâtre !

 

Et voici la plaque sèche, on va pouvoir la floquer...

 

plaque pont floquée

 

Elle a donc subi le même traitement que les autres plaques. De la sciure tamisée et bien encollée pour les parties herbeuses, et du sable de chantier sur le tablier du pont et les portions de route adjacentes.

 

plaque pont première couche

 

 

Une première couche, grossière, de vert sur les prairies, et de noir sur le bitume. A ce stade, ce n'est pas très ragoutant, mais des éclaircissements viendront embellir l'ensemble !

 

pont peint

 

Le pont est peint à part. Intégralement sous couché de noir, des brossages métalliques sur les rambardes et les poutrelles, des brossages gris sur le goudron, et des tons marrons sur les bords de route en bois.

 

J'ai longtemps hésité pour la rivière, toujours difficile à réaliser. La meilleure option semblait être la résine d'inclusion que l'on teinte et que l'on ajoute par couches successives (en éclaircissant la teinte à chaque fois). Premier problème, la profondeur... Pour cette méthode il faut au moins 2 ou 3 cm de de profondeur pour pouvoir "empiler" les couches de résine.

 

Le second "problème" de la résine, c'est son prix ! Et l'idée c'est quand même de faire une table de jeu modulaire, certes esthétique et réaliste, mais aussi adaptée à tous les budgets ! J'ai donc opté pour la solution économique et de facilité. Peindre le lit du canal, et vernir...

 

plaque pont terminée

 

Le lit est donc peint dans des dégradés de vert - bleu, puis verni avec un vernis brillant. Le résultat est, à mon sens, assez réussi !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :